Se connecter

Pseudo :
Mot de passe :

Fonctions


Manga / Anime


BD/Comics


Livres - Romans


Série - Film


Histoire originale


Chanteur/Groupe


Jeux Vidéos


Accès restreint 18+

F.A.Q Accès restreint
Candy Candy
City Hunter
Fairy Tail
Harry Potter
Histoires à suivre
Inuyasha
Jeux de rôles (RPG)
Naruto
Nouvelles
Tsubasa Réservoir Chronicle
X-1999

 

Versions : Saint Valentin Père noel rouge Père noël bleu Pucca Bleue Noir - bleu/gris Version verte Bleu ténèbre Violet Hallow Design Kero Design Switch Girl Midnight Design Noel

 

ACCUEIL - FANDOM - MEMBRES - INSCRIPTION

>> LE LANGAGE SMS EST INTERDIT SUR LE SITE ! ! <<


Cat's Eye

[G]
Achevée

0 commentaire

Titre : De bien étrange voleurs

Auteur :betha

Résumé : Pour changer voici une petite fic alternative de nos chères soeurs, j'ai apporté quelque changement mais, j'attends avec impatience vos impressions sur mon alternation... !

Crédits : Tout les personnages, exceptés les miens, appartiennent à Tsukasa Hojo

[Histoire publiée le 2007-09-05 - Mise à jour le 2009-05-24]


Ch.15 <<

Poster un commentaire

>> Ch.17

Note de l'auteur : la suite attentu j'espère que vous aimerez...

Chapitre 16 :: Chapitre 16 : Chapitre 16 - Le secret des jumeaux.



Le lendemain, chacun reprit ses activités comme d’ordinaire. Rui arriva donc pour l’ouverture au café où Naguy l’accueillit avec un sourire.

-Bonjour.
-Bonjour.
-Ravi de te voir. Tu n’es pas passée hier, fit-il remarquer.
-Tout simplement parce que j’étais en mission. Je suis Lieutenant de police et à ce titre, je dois parfois m’investir sur le terrain.
-J’espère que tu fais autant attention à toi que Hitomi. Au moins elle, elle a un équipier pour la couvrir tandis que toi non.
-Dis donc, ma sœur et toi avez répété cette scène par cœur ou quoi ? Elle m’a servi texto le même discours hier soir.
-Une preuve supplémentaire que nous nous faisons du souci pour toi.

Elle le regarda silencieuse tandis qu’il allait s’occuper d’un couple de clients. Puis, il revint vers elle et lui murmura :

-Tu ne devrais pas m’espionner tu sais.
-Je pourrais te dire la même chose

Ils se fixèrent un court instant d’un même regard interrogateur avant que le téléphone de Ruï ne se mette à sonner, interrompant net leur échange muet. Rui eut un sourire en coin et déclara :

-Je repasserai dans la soirée.

Naguy la regarda s’en aller sans rien. Ses clients de plus en plus nombreux l’accaparèrent et il chassa de son esprit la discussion avec la jeune femme.
Ken de son coté passait une journée paisible, poussé par Ai dans des tas d’activités de groupe ce qui eu pour effet de lui faire faire de nouvelles connaissances et de nouveaux amis. Lorsqu’à midi Aï vit débarquer Kano, elle marmonna :

-Revoilà mon casse pied de cousin.
-Du calme voyons. Tiens ! Kei est avec lui, s’exclama Ken juste après en voyant la jeune fille pâle appuyée sur le bras du cousin de Ai.
-Hello cousine, salut Ken.
-Salut, Kei ça ne va pas ?
-J’ai voulu l’accompagner à l’infirmerie mais elle a refusé en disant qu’elle voulait venir auprès de toi.

Ken prit les mains tremblantes de sa sœur qui lui adressa un pâle sourire en lui murmurant.

-Tu l’as ressenti aussi n’est ce pas ?
-Chut. Tout va bien, nous allons rentrons à la maison et on trouvera une excuse pour l’école.

Kano intervint alors en disant d’un ton désinvolte.

-Laisse-moi faire Ken. De toute façon, je devais aller à l’hôpital.
-Merci mais, je m’en occupe, ça vaut mieux.
-Comme tu préfères. Donne-moi des nouvelles Kei.
-Promis Kano et merci, répondit la jeune fille avec un sourire reconnaissant.

Le jeune garçon lui rendit son sourire puis tourna les talons. Dès qu’il se fut éloigné, Ken s’excusa auprès d’Aï :

-Désolé Aï. Je dois m’occuper de Kei.
-Rasure-toi, je comprends très bien. Je prendrai tes devoirs.
-Merci, fit-il en l’embrassant sur la joue puis il prit son sac et celui de Kei et ensembles, ils rentrèrent au Cat’s.
Lorsqu’ils arrivèrent, Ken força Kei à s’allonger dans le salon avant de passer du côté café pour prévenir Naguy.

-On est rentré plus tôt que prévu. Kei ne se sent pas bien.
-Tu as prévenu Matsuro ? Qu’est-ce qu’elle a ?
- Pas encore. Mais ne t’inquiète pas, je sais ce qu’elle a. Je l’ai ressenti aussi.
-Hein ?
-Je vous expliquerai tout plus tard. Je vais la rejoindre !
-…Ok.

Ken revint aussitôt s’agenouiller auprès de sa sœur et serra ses mains dans les siennes tout en lui disant :

-Je ressens tes angoisses et j’ai eu les mêmes rêves que toi si cela peut te rassurer.
-Tu...Tu l’as vue toi aussi ?
-Oui. Nous y arriverons et bientôt nous serons de nouveau tous réunis et la vie reprendra son cours normal petite sœur. On s’y emploie depuis assez longtemps pour savoir qu’on touche enfin au but. Même la distance ne m’a pas empêché de toujours ressentir tes peines et tes angoisses tu sais ? J’ai toujours été près de toi.
-Merci Ken. C’est vrai que parfois j’ai ressenti ta présence à mes cotés.
-Tu devrais te reposer un peu, lui suggéra son jumeau avec un sourire réconfortant.
La jeune fille obéit et s’endormit rapidement. Rassuré, Ken rejoignit ses frères.

-Tu ne devrais pas plutôt être en cours ? Interrogea Naguy en voyant Ken prendre une commande de clients.
-Si mais, Kei à besoin de moi.
-Comment va-t-elle ?
-Elle se repose, la crise est passée je pense.
-Tu devrais retourner auprès d’elle et prendre un peu de repos toi aussi, tu m’as l’air bien palot.
-Ca va, je t’assure.
-Ken…
-Ok, mais si tu as besoin d’aide, tu m’appelles.
-D’accord !

Ken retourna donc au salon et s’installa dans un épais fauteuil juste à coté du canapé dans lequel Kei avait pris place. Le sommeil gagna vite l’adolescent. Toshio rentra plutôt que d’habitude.
A la fermeture, tous les quatre prirent place au salon. Naguy s’attendait à voir surgir Ruï d’un moment à un autre mais elle ne se présenta finalement pas. Kei qui tenait la main de Ken commença par s’excuser :

-Nous sommes désolés pour tous ces tracas mais nous avons…
-Eu une vision, termina Ken pour elle, faisant froncer les sourcils de Toshio.

Naguy leur demanda sans montrer la moindre surprise de quoi il s’agissait.
Ken et Kei échangèrent un regard et ce fut elle qui commença.

-Une chambre avec un lit et des draps de satin couverts de rose. Dessus ce lit était étendue une femme aux longs cheveux noir.
-Notre mère, expliqua Ken venant à son aide. La chambre était meublée tout à fait comme elle aimait et se situe dans une grande maison dont j’ai reconnu l’emblème.
-Un emblème ? Intervint Toshio.
-Du calme Toshio, laisse les finir. Tu ne vois pas que cela les fatigue déjà suffisamment ? Le gronda doucement Naguy.
Toshio eut un sourire crispé mais Ken répondit immédiatement à sa question :

-Il s’agit de l’aigle noir que nous avons vu sur la maison de Kinsharo.
-Tu en es certain ?
-A cent pour cent !

Ken serra tout contre lui sa sœur tremblante tandis que Toshio se relevait d’un bond pour marcher de long en large. Naguy s’efforça de ramener le calme.

-Voyons Toshio, il faut rester calme si nous voulons bien agir et vite, alors assieds-toi. Avez-vous une date ou une heure qui vous indique si cette vision est récente ou pas ?
-J’ai vu une horloge qui indiquait 10 heures mais rien de plus, répondit Ken déçu.
-Moi je peux le savoir, intervint Kei mais Ken l’arrêta.
-Non, cela te demanderait beaucoup trop de forces et j’en ai plus que toi.
-Je saurai me concentrer sur elle et voir ce qu’elle voit. En tenant tes mains, j’aurai la force nécessaire.
Naguy fixait les jumeaux sans dire un mot comme s’il savait déjà ce qui se passait, mais, Toshio intrigué leur demanda.

-Que voulez-vous dire ? La force nécessaire pour faire quoi ?
-Je peux réussir à établir une sorte de lien entre elle et moi pour découvrir où elle est.
-Avec mon aide elle aura suffisamment de force car toute seule, elle n’y parviendra pas.
-Alors nous t’aiderons tous les trois ! En nous tenant par la main, tu pourras puiser en nous la force qu’il te faudra pour établir ce fameux lien, intervint Naguy.

Kei hocha la tête et ils formèrent un cercle au centre du salon, chacun se tenant par la main. Ils fermèrent les yeux mais pendant un long moment il ne se passa rien. Seul le silence leur répondit puis Kei parvint finalement à établir un lien entre son esprit et celui de leur mère.
« -Maman ? »
L’esprit de la jeune fille entendit alors un bruit de fond, comme une voix dont elle ne distinguait pas les paroles. Peu à peu, celle-ci finit par parvenir jusqu’à elle bien plus distinctes.
« -Qui me parle ?
-C’est moi, ta fille Kei. Nous te cherchons depuis si longtemps maman !
-Anthony aussi vous cherche mes anges.
-Qui ? S’étonna alors Kei qui tressaillit, inquiétant ses frères.
-J’ai perdu la mémoire et lorsque je me suis réveillée, il était là. Il m’a dit que nous étions mariés et à mon cou je portais une photo d’enfants dans un médaillon. J’étais certaine qu’ils étaient à moi. Alors Anthony a tout mis en œuvre pour les trouver.
-Maman, surtout ne dit rien à Anthony ! Nous serons bientôt réunis, je te le promets !
-J’ai confiance en vous mes amours.
-Nous serons bientôt ensemble et plus rien ne nous séparera, c’est promis, déclara Kei avant de rouvrir les yeux pour rompre le contact. »

Les trois frères qui avaient tout entendu de l’échange sans pouvoir intervenir avaient les poings serrés.
Toshio frappa de rage sur la table tandis que Ken réconfortait Kei toute faible dans ses bras.
- Nous ne pouvons pas…Ce monstre…
- Il nous faut avant tout garder notre calme Toshio, lui dit fermement Naguy en voyant Kei trembler il ne savait de peur ou de fatigue.

Toshio marmonna mais avec un sourire très doux envers sa sœur dont il embrassa le front il répliqua :

- Ne t’inquiète pas petite sœur, tout ira bien.
- Nous trouverons une solution très vite, lui rétorqua Naguy.

Kei adressa un pâle sourire à ses frères juste avant que la sonnerie de la porte ne les interrompe.
Naguy se releva, se doutant de qui il s’agissait.

-Je vais ouvrir, ca ne peut être que Ruï. Pendant ce temps, raccompagnez Kei.
-D’accord, à plus tard.
Quelques minutes plus tard, Naguy ouvrit la porte à la jeune femme qui entra mal à l’aise.

-Je sais que vous êtes ses fils, dit-elle allant droit au but.
-Les fils de qui ?
-Tu sais pertinemment de qui je veux parler, s’énerva franchement la policière. Si je suis devenue flic, c’est pour poursuivre les voleurs et faire respecter la loi et non pour couvrir des voleurs.
-Nous ne faisons que récupérer ce qui nous appartient. Et puis, as-tu la moindre preuve contre nous ?
-On ne m’a pas encore donné l’ordre de vous arrêter mais cela ne saurait tarder et je détesterais avoir à la faire Kusanaguy, aussi, voilà ce que je vous propose : Acceptez mon aide pour lever le voile sur toute cette affaire avant que…
Naguy secoua aussitôt la tête et rétorqua :

-Un ennemi bien trop puissant est après nous et bien que j’apprécie ton aide sachant ce que tu risques, je ne tiens pas à ce que tu te mouilles pour nous.
-Mais…
-En as-tu déjà parlé avec Hitomi ? En sait-elle autant que toi ?
-Non, je n’ai rien dit. Je sais qu’elle aime ton frère comme moi je t’aime. Naguy, je…
-Je tiens aussi énormément à toi Ruï, merci d’être là, d’être toi. Lui dit Naguy en comprenant qu’elle ferait leur passer leur couple avant son devoir.

Le jeune homme l’étreignit et l’embrassa. Ruï répondit à son baiser sans se faire prier et ils glissèrent tout deux sur le fauteuil, enlacés. Naguy se rappela avant d’aller trop loin que ses frères ne tarderaient pas à rentrer et s’écarta à regret d’elle.

-Mes frères vont bientôt rentrer et…Enfin…
-Je sais, dit-elle en se recoiffant d’une main. Je comprends, ne t’inquiète pas.
-Je dois protéger ma famille mais je m’inquiète pour toi, tu avances en terrain dangereux.
-Ne t’inquiète pas pour moi, je sais me protéger seule, surtout avec mon colt 45. Hitomi également alors tu n’es pas obligé de nous faire suivre par des anges gardien tu sais ? Nous sommes flics et avons choisi ce métier en toute connaissance de cause.
-Tu es suivie par des hommes ? Fit mine de s’étonner Naguy mais devant le regard amusé de Ruï, il capitula vite. Ok, navré, je n’aurais pas du mais avec cet ennemi qui rode et toi qui te rapprochait de plus en plus, j’ai cru…

Posant un doigt sur ses lèvres pour qu’il se taise, la jeune femme lui murmura avec un sourire :

-Je comprends. Pour Hitomi je peux lui dire ce que j’ai appris ? A moins que tu ne préfères que ce soit Toshio qui s’en charge ?
-Il vaut mieux que cela vienne de lui en effet. Soyez prudentes toutes les deux.
-Comme tous les jours depuis qu’on est flic, répliqua Ruï avant que le jeune homme ne la raccompagne à sa voiture après un dernier baiser.
Lorsque ses frères furent revenus, il leur apprit ce que Ruï avait découvert.

-Tu lui as tout révélé ?
-Les grandes lignes seulement et je lui ai dit de te laisser en parler à Hitomi Toshio.
-D’accord, acquiesça le photographe mais ne relève pas tes hommes avant que je ne l’ai fait.
-Ca marche.
- Bonne chance les gars, moi la mienne ne sait rien donc pour le moment je suis tranquille.

Leur lança Ken fanfaron, Toshio lui attrapa aussitôt la tête pour lui frictionner les cheveux et une petit bataille entre frère s’engagea faisant sourire Naguy.

>> Poster un commentaire <<

^ Ch.15 << >> Ch.17 ^

Le site

Demande d'ajout de fandom
Modérateurs
Réglement
Me Lier / Liens
Contacter
Partenaires
Statistiques
Aide conjugaison / FAQ

Planing publication Mardi 27 Juin 2017

<< Juin 2017 >>

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30   

  MAJ Stellar Fan Fic Library (fics)
  Sorties mangas
    MAJ Yume No Shojo
    Salons/Evenements
    Plusieurs type de MAJ

Les anniversaires

Le 27-06-2017

ptite-liline - 20 ans


Partenaires

Fanfic-fr.net
Info Clamp
Leyley's Web Sites
Suby's World
Subaru-kun
Hananokaze
Au boudoir écarlate