Se connecter

Pseudo :
Mot de passe :

Fonctions


Manga / Anime


BD/Comics


Livres - Romans


Série - Film


Histoire originale


Chanteur/Groupe


Jeux Vidéos


Accès restreint 18+

F.A.Q Accès restreint
Candy Candy
City Hunter
Fairy Tail
Harry Potter
Histoires à suivre
Inuyasha
Jeux de rôles (RPG)
Naruto
Nouvelles
Tsubasa Réservoir Chronicle
X-1999

 

Versions : Saint Valentin Père noel rouge Père noël bleu Pucca Bleue Noir - bleu/gris Version verte Bleu ténèbre Violet Hallow Design Kero Design Switch Girl Midnight Design Noel

 

ACCUEIL - FANDOM - MEMBRES - INSCRIPTION

>> LE LANGAGE SMS EST INTERDIT SUR LE SITE ! ! <<


Cat's Eye

[G]
Achevée

0 commentaire

Titre : De bien étrange voleurs

Auteur :betha

Résumé : Pour changer voici une petite fic alternative de nos chères soeurs, j'ai apporté quelque changement mais, j'attends avec impatience vos impressions sur mon alternation... !

Crédits : Tout les personnages, exceptés les miens, appartiennent à Tsukasa Hojo

[Histoire publiée le 2007-09-05 - Mise à jour le 2009-05-24]


Ch.20 <<

Poster un commentaire

>> Ch.22

Note de l'auteur : j'espère que vous m'avez suivi jusqu'ici et les prémices vous plairons...

Chapitre 21 :: Chapitre 21 - dernière ligne droite...



Cette fois, personne ne les attendait dehors et tandis que les jumeaux baladaient les hommes de Kinsharo qui les avaient pris en filature, les deux aînés entrèrent sans se faire repérer grâce aux indications fournies par Ken lors de son précédent repérage. Ils gagnèrent la chambre de leur mère en évitant soigneusement les caméras et les quelques gardes en place. Ceux-ci ne s’attendant pas à une effraction jouaient aux cartes ou baillaient à s’en décrocher la mâchoire.



Lorsque Sakura revint dans sa chambre, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir Naguy et Toshio ! Naguy la saisit dans ses bras et la bâillonna d’une main pour qu’elle ne crie pas avant qu’il ne lui murmure doucement au creux de l’oreille :



- Du calme maman, ce n’est que nous, tes fils.



Elle hocha la tête et Naguy la lâcha. Sakura détailla lentement les larmes aux yeux sa progéniture.



- Kusanaguy…Toshio...

- Nous avons réussi à détourner l’attention de Kinsharo et avons les cartes en mains pour le neutraliser pour de bon.

- Viens avec nous maman, demanda Toshio avec un sourire encourageant.

- Je dispose moi aussi d’informations qui l’enverront à l’ombre pour le restant de ses jours, leur apprit leur mère, le regard soudain sombre. Je devais m’assurer qu’il ne vous retrouve pas avant de pouvoir agir. Je désirais éviter à tout prix qu’il ne vous mette en danger. Il a lancé des hommes derrière les jumeaux, j’ai peur pour eux…

- Ne t’inquiète pas, ils savent se débrouiller, crois-moi ! On doit se retrouver tous à la maison.

- Et toi Kusanaguy ? Tu…

- Rassure-toi maman, Oncle Matsuro m’a administré le remède et je suis en pleine forme ! En plus, nous avons pratiquement récupéré tous tes tableaux.



Sakura porta la main à ses lèvres, les larmes aux yeux et dit :



- Tu ne peux savoir… combien je suis soulagée de l’apprendre !

- Il faut y aller maintenant ! On aura tout le temps de bavarder à la maison, enjoignit Toshio.



Le trio s’éclipsa en silence, Sakura chargée d’une sacoche monta sur la moto de Naguy et rentra avec eux.

Lorsqu’ils furent sûrs d’être hors de portée, Toshio prévint les jumeaux qui en un tour de main parvinrent à semer leurs poursuivants.

Une fois en sécurité chez eux, Sakura les prit dans ses bras.



- Enfin réunis !... Je n’y croyais plus !... Merci Seigneur ! Dit-elle en retenant un sanglot. J’ai eu si peur lorsque j’ai appris la mort de mon cher Marc…



Quelques minutes plus tard, après moult embrassades, tout ce petit monde se retrouva au salon.



- Parlez-moi un peu de vous, j’aimerais tant savoir !

- Je suis un photographe de génie que tout le monde s’arrache, fanfaronna Toshio en bombant le torse.

- Un Don juan sans vergogne par la même occasion, rajouta Naguy en haussant les épaules mais Toshio répliqua aussitôt en relevant le menton.

- N’oublie pas Naguy que l’amour m’a assagi.

- Je suis très heureuse pour toi mon fils, j’ai hâte de la connaître. Et toi Kusanaguy ?

- Je gère ce café, lui dit-il en posant sa main sur celle de sa mère. Nous venons juste de retrouver Kei et une femme merveilleuse est entrée dans ma vie.

- La sœur de la mienne en fait, clarifia Toshio, et il oublie de te dire qu’il a hérité de ton don pour la peinture.

- C’est vrai ?... Pourquoi n’exposes tu donc pas ?

- Eh bien…

- Pourrais-je voir ta peinture ?

- J’attendais le bon moment. Je te montrerai mes œuvres avec joie maman.



Ils entendirent alors dans le garage les jumeaux entrer et quand ils retirèrent leur casque, ils s’arrêtèrent net en découvrant leur mère au milieu du salon. Elle leur adressa un sourire béat et se leva en leur tendant les bras.



- Mes amours…

- Maman, murmurèrent-ils avant de se précipiter dans ses bras.



Kei déclara aussitôt confuse que d’ordinaire, elle ne s’habillait pas ainsi ce qui fit sourire sa mère.



- C’était juste une comédie, ajouta Ken.

- Vos frères me l’on déjà expliqué. Ce qui compte c’est que Kinsharo s’y soit laissé prendre, pourtant. Dès qu’il va s’apercevoir de ma disparition, il va se lancer à ma recherche.

- Rassure-toi maman, je vais contacter Hitomi, Ruï et leur père.

- Nos copines sont flics et leur père Commissaire-divisionnaire, on peut leur faire confiance, expliqua Naguy à leur mère suspicieuse.

- Je n’en doute pas, mais Kinsharo a beaucoup de gens d’influence.

- Avec tes preuve et les nôtres nous saurons le contrer, fais-nous confiance ! Ce que tu ne sais pas c‘est que nos jumeaux sont de vrais génies en informatique et en électronique en plus d’autres trucs alors ils ont vérifié nos acquis.

- Je vois que vous vous êtes bien débrouillés ! Je regrette tant…

- Ne regrette rien. Nous sommes ensembles maintenant et rattraperons ces années perdues. Où qu’il soit, papa doit être heureux pour nous.

- Il me manque tellement.

- A nous aussi, répondirent-ils en chœur.



Un peu plus tard, tandis que Toshio appelait Matsuro, Naguy contacta Ruï pour lui demander de venir accompagnée de son père et sa sœur ainsi que du Procureur. Il en profita aussi pour appeler Crash à la rescousse afin d’avoir plus de protection.



Une heure après, tout ce petit monde était réuni dans le salon des frères Utsumi où Sakura raconta tous les malheurs de sa famille et les trafics de Kinsharo à grand renfort de preuves telles qu’un liste de plusieurs gens de la haute grassement payées par Kinsharo. Le Commissaire Kisugi qui fixait les garçons en silence depuis un moment prit la parole lorsqu’elle se tut :



- Je comprends pourquoi vos fils on fait ce qu’ils on fait, mais j’espère qu’à présent ils cesseront toutes leurs actions. A présent, vos dires et les preuves fournies vous assure de tout mon appui Madame.



Le procureur qui était venu avec le commissaire intervint à son tour :



- Avec votre déposition et témoignage Madame Toshibara, vous pouvez être certaine qu’Anthony Kinsharo et ses acolytes ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Nous devons en attendant assurer votre protection.



- Merci de votre proposition, mais maman est en sécurité et nous assurerons nous même sa protection Monsieur le Procureur.

- Notre système est infaillible ! Confirma Ken en voyant le procureur douter des paroles de son frère.



Hitomi et Ruï échangèrent un regard entendu.



- Nous nous portons garantes de leur parole Monsieur le Procureur.

- Que suggérez-vous de faire Commissaire Kisugi ?

- Si le Lieutenant et l’Inspecteur Kisugi vous l’affirment alors il faut les croire Monsieur le Procureur, je m’en porte garant.

- Bien…Je vais donc lancer les mandats d’arrêt et dès que nous aurons besoin de vous Madame Toshibara, je vous ferai contacter.

- Bien Monsieur le Procureur, vous pouvez compter sur moi, rétorqua Sakura.



Le Commissaire flanqué du Procureur, de Ruï et d’Hitomi prirent congé et après leur départ, Sakura se tourna vers Matsuro et déclara :



- Quelle joie de te revoir !

- Matsuro est devenu le tuteur de Kei. C’est lui qui a pris soin d’elle et soigné Naguy maman. Voici Tom Fenton alias « Crash » le meilleur ami de Naguy, expliqua Toshio en faisant les présentations.

- Enchanté Crash, répondit sa mère en adressant un sourire chaleureux à son interlocuteur. Si j’ai bien suivi, le Lieutenant Ruï Kisugi et sa sœur l’Inspecteur Hitomi sont vos deux petites amies ?

- Eh oui ! Répondirent Toshio et Naguy un peu gênés.



La sonnerie de la porte les interrompit et Naguy alla ouvrir puis revint accompagné d’Abel. Sakura accueillit le dernier hôte avec chaleur.



- Je viens juste de retrouver vos enfants, ils ressemblent tant à Marc et maintenant vous… que malgré que Marc me manque je retrouve mon bonheur oublié.

- Merci, fit Abel en lui baisant la main.



Ken vit soudain son portable clignoter et levant un regard indéchiffrable vers la fenêtre, lâcha :



- Quelqu’un approche et ce n’est pas un ami !

- Ken, branche les caméras ! Ordonna aussitôt Naguy.



La seconde suivante, un pan du mur s’écarta, dévoilant plusieurs téléviseurs reliés au système d’alarme de la maison leur expliqua Toshio.



- Ken s’est occupé lui-même de ce système d’alarme, c’est un petit génie, vous allez voir ! On évite juste de le lui répéter trop souvent pour ne pas voir sa tête enfler.



Entendant cela, Ken tira la langue et leur mère ne put s’empêcher de sourire malgré la tension ambiante.



- Quatre hommes arrivent par le jardin !

- Comment nous ont-ils trouvé ? Interrogea Naguy tout en posant son regard sur le pendentif que portait sa mère autour du cou. Ce n’est pas vrai !



S’emparant d’un petit appareil, il le fit passer devant le bijou et un grésillement caractéristique se fit entendre.

Naguy s’empressa d’ouvrir le bijou et y découvrit ce qu’il craignait : Un minuscule émetteur enchâssé dans le métal.



- J’aurais dû le prévoir ! Ken, conduis maman, Kei, Matsuro et Abel en bas près des tableaux ! Vous y serez en sécurité et nous on se charge de les accueillir comme il se doit.

- A ton service Eldorado ! Répliqua aussitôt Crash prêt à l’action en affichant son air malicieux.

- Inutile d’aller nous cacher, ils ne s’approcheront même pas de la maison si je ne le veux pas.

- Que veux-tu dire petit génie ? Demanda aussitôt Toshio.



Ken répondit :



- Depuis qu’on a retrouvé Kei et qu’on était proches du but, j’ai un mauvais pressentiment alors j’ai équipé la maison d’une défense. En appuyant sur ces quelques touches, si l’un d’eux s’approche, il recevra un bon choc électrique.



Kei sauta au cou d’Ken en déclarant :



- Tu es génial !



Ken surveillait les moniteurs et en profita pour arroser deux des hommes de mains de Kinsharo qui s’aventuraient trop prêt à son goût. Soudain, Naguy s’écria :



- Tiens, tiens, ne dirait-on pas Kinsharo en personne ? Allons l’accueillir comme il se doit !

- Tout à fait d’accord avec toi ! Répliqua Toshio.



Comme ils s’apprêtaient à sortir, Ken dit :



- Rassurez-vous, je désactiverai le système à votre approche.

- On te fait confiance, après toi frangin, déclara Toshio en précédant Naguy à la cuisine.



Ils ouvrirent la porte-fenêtre donnant sur le jardinet et virent les intrus en s’appuyant sur la porte. Puis, les deux frères éclatèrent de rire en voyant quatre des hommes intrus mouillés de la tête eu pied et recevant une décharge électrique en effleurant la barrière et s’évanouirent sous le choc. Kinsharo grommela furieux :



- Sales gamins !

- Hello visiteur, je me présente Kusanaguy Utsumi et voici mon frère cadet Toshio.

- Je le savais que cela ne pouvait être que vous ! Rendez-moi Sakura et je repartirai sans vous faire de mal !

- Elle a retrouvé sa famille alors si j’étais vous je n’insisterais pas mon vieux, le coupa Toshio sèchement.

- J'ai essayé d'inculquer la politesse à mes frères alors rester poli voulez vous !

- Si j'étais vous je lui obéirais car ces leçons de politesse son d'un ennui mortel !

Répliqua Toshio d'un ton badin avant que Naguy ne l'interrompe d’un ton sérieux en disant.

- Toshio ! Et vous faites comme vous voulez, mais la police ne devrait plus tarder.

- Pour une fois on entend arriver la cavalerie.



S’amusa encore Toshio en entendant les sirènes mais, la seconde suivante, Kinsharo sortait son arme et faisait signe à ses trois hommes encore valides. C’est à ce moment que Sakura apparut et s’interposa entre ses fils et son ancien geôlier.



- Non Anthony ! Ne fais pas ça ! Tu n’as jamais compris que l’amour que j’avais pour Marc était plus fort que tout et tu as fait assez de mal comme ca ! Ca suffit ! Laisse-nous en paix !

- Tu n’as jamais perdu la mémoire avoue-le ! Tu t’es bien fichue de moi ! Moi qui t’aime !

- Tu ignores ce que ce mot signifie ! Tu as privé des enfants innocents de leur mère puis de leur père et m’a prit mon unique amour !

- C’est moi que tu aurais dû aimer ! S’écria-t-il en la visant.



Sakura se figea mais conserva un visage calme, écartant ses fils de la main et les mettant en sécurité derrière elle.



- Maman ?

- Il ne me tuera pas.



Hitomi qui avait laissé Ruï s’occuper des autres avait prit un groupe d’hommes pour rejoindre la maison des garçons. En les voyant arriver, Ken débrancha son système et Hitomi flanquée de ses hommes encercla la maison. Sakura tenta de calmer Kinsharo, en vain.



- Je t’en supplie…Rend-toi. Il y a déjà eu trop de morts.

- La vie sans toi ne vaut pas la peine, répondit-il dans un souffle, le visage indéchiffrable et pointant le canon de son arme contre sa poitrine.



Avant qu’il ne tire Ruï intervint et il s’écroula une main sur le cœur en murmurant avant de rendre son dernier soupir avec un rictus amer.

- Je t’ai toujours… aimé… Sakura.



Tandis que l’équipier d’Hitomi et les autres flics des chargeait de ceux de Kinsharo et qu’on entendait une ambulance arriver dans le lointain elle se tourna ver les garçons pour leur dire.



- Hitomi s’occupe avec le Commissaire et le Procureur des dernières incarcérations et dès que nous avons eu vent qu’il venait ici, nous nous sommes précipités. Vous êtes hors de danger à présent madame, messieurs, dit-elle d’un ton droit un pâle sourire aux lèvres.

- Merci ! Fit Sakura en ressentant un immense soulagement.



Alors qu’elle tournait les talons Naguy la rattrapa par le bras.



- Est-ce que tout va bien ?

- Ca va…On m’attend, il faut que j’y aille.

- Je voudrais que ton père, tes sœurs, Kano et toi veniez diner.

- Je t’appellerai, d’accord ?

- D’accord, dit-il en lui adressant un sourire comme sa belle rejoignait les autres policiers, tandis que Naguy rejoignait les autres où aussitôt Toshio s’écria.

- Ca ferait une super photo alors ne bouger pas je reviens avec mon matériel, Crash, Matsuro et Abel vous serez aussi sur la photo alors rester là.



Aussitôt, Toshio monta chercher son appareil puis, quelques minutes plus tard, tout le monde prenait place devant la cheminée. Peu après, Crash et Abel prirent bientôt congé pour retourner à leurs occupations, Crash serra le bras de Naguy en disant.

- Frères de sang !

- Pour toujours ! Après tout, j’ai toujours voulu une grande famille.

- Et tu fais partite de la nôtre, à bientôt Crash.

- A bientôt Eldorado.



>> Poster un commentaire <<

^ Ch.20 << >> Ch.22 ^

Le site

Demande d'ajout de fandom
Modérateurs
Réglement
Me Lier / Liens
Contacter
Partenaires
Statistiques
Aide conjugaison / FAQ

Planing publication Mardi 12 Décembre 2017

<< Décembre 2017 >>

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  MAJ Stellar Fan Fic Library (fics)
  Sorties mangas
    MAJ Yume No Shojo
    Salons/Evenements
    Plusieurs type de MAJ

Les anniversaires

Le 12-12-2017

odin1900 - 31 ans
shuriken - 27 ans


Partenaires

Fanfic-fr.net
Info Clamp
Leyley's Web Sites
Suby's World
Subaru-kun
Hananokaze
Au boudoir écarlate